Récit d’un bon samaritain
October 26, 2021 Par Talia Gukert

Dernière mise à jour Wednesday, September 23, 2020 3:30PM UTC

Shawn Lucas, athlète paralympique, entraîneur de hockey sur luge et père de 38 ans, était à l’entraînement de hockey de son fils lorsqu’une situation d’urgence très grave s’est produite sur la glace.

« J’ai remarqué un joueur de hockey adulte sur une autre patinoire » explique-t-il. « Il était à plat ventre sur la glace et une mare de sang se répandait sous sa tête.  Je m’attendais à ce que le médecin de l’équipe ou un secouriste du tournoi se précipite vers lui, mais personne ne bougeait alors j’ai décidé de me rendre sur la glace.  Comme d’autres personnes s’affairaient à lever le joueur inconscient par son gilet et ses coussinets, je suis intervenu.  Je leur ai dit que j’étais secouriste et qu’ils ne devaient pas le bouger.  Sauf qu’il était déjà debout et ils l’emmenaient au banc des pénalités où je me trouvais.  Il était maintenant conscient et parvenait à bouger, alors je leur ai demandé de l’asseoir sur le banc.  Je lui ai dit mon nom et expliqué que j’avais des notions de secourisme, puis j’ai commencé à l’examiner.  J’ai vérifié ses signes vitaux et la sensation dans ses extrémités.  Il avait une immense entaille sur le front, ainsi qu’une grosse bosse.  Sa blessure saignait énormément.  J’ai envoyé un témoin chercher la trousse de premiers soins dans le bureau des services aux visiteurs de l’aréna et demandé à quelqu’un d’autre d’appeler les secours d’urgence.

En attendant leur retour, j’ai demandé à un troisième témoin de trouver des serviettes afin de contrôler le saignement.  Comme je n’avais pas accès à des gants, j’ai demandé au joueur blessé d’exercer de la pression lui-même sur sa blessure, mais il ne suivait pas très bien mes directives car il était plutôt gêné par l’incident et seulement à moitié conscient.  La personne qui était allée chercher la trousse de premiers soins est revenue.  Elle m’a avisé que le personnel des services aux visiteurs avait refusé de la lui donner, à moins que nous leur indiquions exactement ce dont nous avions besoin.

Heureusement, une infirmière des urgences qui passait par là a vu ce qui se passait et est venue me prêter main-forte.  Lorsque les secours d’urgence sont arrivés, je leur ai dit que, même si le joueur blessé prétendait ne pas avoir perdu connaissance, je l’avais vu immobile sur la glace pendant au moins 20 secondes. »

La première pensée qui a traversé l’esprit de Shawn était que le joueur avait subi une blessure à la tête ou au cou.  « Toutes les autres personnes sur la glace ne faisaient que rester là à le regarder plutôt que de l’examiner ou de l’aider » a-t-il expliqué.  « J’étais étonné par le manque de préparation des deux équipes.  Par-dessus tout, j’ai été frappé par leur ignorance quant à la façon de s’occuper d’une personne inconsciente qui venait de subir un choc à la tête. »

... jours plus tard, j’ai passé du temps avec mon fils de 7 ans afin d’étudier différents scénarios de secourisme avec lui et de lui expliquer ce qu’il pourrait faire pour aider quelqu’un dans une situation d’urgence. 

Shawn a été certifié en secourisme pour la majeure partie de sa vie.  Selon lui : « Le secourisme est une compétence que n’importe qui, n’importe où, peut apprendre.  Je marche aujourd’hui avec une canne car, il y a 14 ans, j’ai été victime d’un accident du travail qui a réduit ma mobilité dans une jambe.  Il y a tellement de rôles à jouer lors d’une situation d’urgence.  Le secourisme est un domaine très varié pour lequel il n’existe aucune approche unique.  À mon avis, n’importe qui peut acquérir des compétences utiles afin d’intervenir lors d’une urgence nécessitant des premiers soins.  L’incident sur la glace me l’a rappelé.  Dans les jours qui ont suivi, j’ai passé du temps avec mon fils de 7 ans afin d’étudier différents scénarios de secourisme avec lui et de lui expliquer ce qu’il pourrait faire pour aider quelqu’un dans une situation d’urgence. »

Lorsqu’on lui a demandé si sa formation et ses compétences en secourisme font qu’il se sent toujours prêt à affronter une situation d’urgence, Shawn a donné une réponse confiante.  « Oui, à cent pour cent » a-t-il déclaré.  « Les compétences les plus importantes que j’ai mises en pratique sont la prise en charge de la situation, l’organisation des témoins et la communication du plus grand nombre de renseignements possible aux secours d’urgence. »